Qu’est-ce que Google Reader ?

Mise à jour printemps 2013 :

Suite à la décision de Google de mettre fin à son système Google Reader et ne me résignant certainement pas à abandonner cet outil extraordinaire que sont les flux RSS (cf plus bas pour ceux qui ne connaissent pas), j’ai cherché une alternative à Google Reader, lu divers comparatifs de systèmes ouverts/fermés/libres/propriétaires. J’en ai testé quelques uns comme Netvibes que j’ai utilisé pendant quelques semaines (en tant que lecteur de flux plus quelques mois en tant qu’alternative à iGoogle). J’ai essayé RSS Lounge (et Posh aussi). Finalement, ça ne me convient pas : utiliser un système propriétaire ne fait que retarder l’inéluctable et j’ai trouvé les systèmes libres pré-cités trop lourds. Suivant les conseils de Sebsauvage, j’ai essayé Kriss Feed de Tontof et je l’ai adopté. Avec d’autant plus d’enthousiasme qu’il permet une interaction directe avec le système de favoris en ligne Shaarli (de Sebsauvage). Associé à Twitterfeed, qui me permet de publier mon flux RSS de Shaarli sur Twitter, c’est quasiment parfait. Je vous encourage donc à changer de crèmerie 🙂

C’est un peu précipitamment que j’écris ce billet, en discutant avec mon entourage, je me suis rendu compte que personne ne connaissait Google Reader ou plutôt le principe de l’agrégateur de flux RSS ni même ce qu’est un flux RSS. Ces quelques lignes ne sont pas destinées aux blogueurs confirmés qui utilisent déjà Google Reader ou un système tout aussi performant. Je vais essayer de vulgariser un maximum d’une part parce que la mécanique de fonctionnement n’intéressera pas tout le monde et surtout parce que je n’y connais moi-même quasiment rien, je ne peux pas aller trop loin dans les explications sans me planter.

Les fils de syndication : c’est que j’ai appelé plus haut flux RSS par abus de langage (un flux RSS est un fil de syndication mais tous les fils de syndication ne semblent pas être des flux RSS). Pour faire simple, c’est une liste des actualités les plus récentes d’un site internet, liste lisible par d’autres sites internet. Généralement, c’est le webmaster du site « producteur » qui règle le nombre d’actualités envoyée, leur format, la fréquence d’envoi, etc. Plus concrètement, ce fil de syndication peut être les 10 derniers billets d’un blog, le résumé des 5 derniers commentaires d’un article de presse en ligne, les 15 derniers messages postés sur un forum, les dernières photos d’une galerie en ligne, les 20 dernières humeurs de son propre profil sur un réseau social, etc. Vous voyez de quoi je parle ?

Ce qui fait la force du bousin, c’est l’inter-compatibilité de ces fils de syndication. Il y a plusieurs formats existant dont les différences m’échappent complètement mais ils sont tous lisibles par les lecteurs de fil de syndication. Avant de parler de ces lecteurs, il faut que je vous dise comment choper ces fils de syndication. Sur la dernière version de Firefox 4 en tout cas (je ne peux pas parler de Internet Explorer, pour des raisons techniques, je dois absolument rester à IE6, j’en parlerais peut-être) :

Vous allez sur un site qui propose une liste d’articles, de contenu, vous cliquez sur le menu firefox « Marque-pages », vous sélectionner « S’abonner à cette page…> » et vous avez accès à tous les fils de syndication disponibles sur la page en question :

Comment choper le fil de syndication du Codex Gnoufique ?

En revanche, certains sites d’actualité n’en proposent pas (comme Meteo France, j’ai beau chercher), probablement pour forcer les gens à aller sur leur site web ou à utiliser leur propre gadget de suivi. Il faudra alors utiliser une autre stratégie (celle qu’ils proposent…).

Comment lire ces fils de syndication ?

Je vais prêcher pour ma paroisse : je suis un utilisateur de Google et plus particulièrement de iGoogle, avec cette page d’accueil personnalisable où on peut ajouter des gadgets, des fils de syndication, des favoris, etc. Je suppose que ce n’est pas trop différent chez la concurrence… Quand on s’abonne à un fils de syndication comme je l’ai montré, le navigateur internet nous propose une liste de lecteurs de fils de syndication. Chez moi, Firefox me propose soit de mettre le fil de syndication directement sur Google (iGoogle), soit sur Google Reader. Si vous le mettez sur Google, vous aurez un encart entièrement dédié au fil de syndication sélectionné. Si vous le mettez sur Google Reader, tous ceux que vous aurez sélectionnés dans ce système s’accumuleront, s’agrègeront.

Que choisir ? iGoogle ou Google Reader ??

C’est une histoire de gout, d’esprit pratique. Personnellement j’utilise les 2 : je ne me sers que d’une page sur iGoogle histoire d’avoir tous sous les yeux. Je suis donc limité en terme de place, d’autant plus que je ne souhaite pas avoir à dérouler la page sur la hauteur. Je conserve les fils de syndications préférés, que je ne veux pas rater, directement sur iGoogle (en l’occurrence les flux de Sneakers Addict, d’Elbakin et le twitter de Dofus sachant que je ne suis pas sur Twitter ^^). Le reste, je le mets sur mon compte Google Reader.

Quid de Google Reader ?

Ce n’est pas un simple lecteur de fils de syndication, c’est un agrégateur. Tous les fils auxquels on s’abonne sont concaténés, intégrés, dans un fil de syndication plus large et ce en fonction de la chronologie des billets/articles/commentaires qui composent l’ensemble des fils auxquels on est abonnés. L’avantage du bousin, c’est qu’on est au taquet, on a en une liste toutes les nouveautés de nos abonnements avec juste un petit décalage. Le désavantage, c’est qu’on peut être rapidement être noyé dans la masse d’informations. Il suffit d’être abonné à plusieurs magazines d’actualités pour être obligé de dégager pas mal de temps pour lire tous les éléments reçus… Il faut se connaitre, ne pas être trop gourmand sinon on loupe forcément des trucs intéressants, ceux pour lesquels on s’est abonnés.

Ca c’est pour la liste brute des éléments des fils de syndication auxquels on est abonnés. Mais Google Reader, ce n’est pas que ça, c’est aussi un système de recommandation. En effet, parmi toute la liste des éléments que vous recevez parce que vous y êtes abonnés, vous pouvez choisir de sélectionner une partie d’entre eux pour les suivre plus tard, c’est la liste de suivi. Vous pouvez choisir de partager certains éléments qui rentrent dans la liste de partage (ce sont ceux qui apparaissent au haut à droite dans mon menu). Vous pouvez faire une autre sélection composée de ceux que vous trouvez intéressants (et pourquoi pas expliquer pourquoi vous pensez ça). Vous pouvez diffuser ces listes et accéder à celles des autres et vous y abonner et/ou y piocher des éléments qui vous intéressent pour les mettre dans votre propre liste.

Et j’oublie certaines subtilités, je ne suis pas un power user de Google Reader. C’est un système très puissant qui permet, à mes yeux, beaucoup plus de possibilités que le mur de Facebook (qui n’est aussi qu’un agrégateur des fils de syndication des profils de votre liste d’amis). Ce qui me manquait jusqu’à il y a quelques jours, c’était un système pour restituer ma liste de recommandations mais je l’ai trouvé grâce au Google Reader Widget qui me permet de vous montrer mes recommandations (les liens que j’ai appréciés) sans que vous deviez aller tripatouiller sur le profil Google Reader que vous n’avez peut-être pas.

Ce qui me manque actuellement, c’est comprendre si on peut insérer dans la liste de suivi/partage/intérêt un seul élément, sans aller s’abonner à tout un blog. Pour diffuser un lien qu’on a apprécié comme je l’ai fait pour la plupart des billets sous le tag « Trouvailles« . Ca me dérange de faire un seul billet pour un seul lien tout nu ou d’extraire les images d’une petite BD pour rendre le billet lisible et attrayant (alors que ces images ne sont pas de moi, un lien vers elles devraient suffire aux lecteurs), pouvoir diffuser ces liens dans ma liste de recommandations serait pratique.

Le dernier hic, c’est que c’est centralisé sur Google ; je trie et mets mes liens préférés sur Google Reader puis je les fais apparaitre en marge sur mon blog mais les gens peuvent le suivre directement sur Google Reader sans passer par mon blog. C’est plus puissant et flexible que Facebook mais c’est quand même Google Reader qui gère les flux et les met en relation les uns avec les autres. Ce qui serait bien, c’est de pouvoir le faire soi-même sur son blog. Il existe déjà des systèmes d’agrégateurs de flux qu’on peut héberger, c’est le cas de Planet Chassegnouf géré par le système Bilboplanet (un Planet c’est une agrégation de fils de syndication sur le même thème) mais c’est trop en marge du blog. Ce que je voudrais, c’est une sorte de module pour WordPress qui agrège des fils de syndication de notre choix et les restitue sur le même blog par un widget dans un encart. Les blogueurs auraient la main sur leur propre contenu, l’agrégation de leurs fils de syndication préférés et l’affichage et la diffusion de ces derniers. Si ça existe déjà, vous connaissez la procédure… commentaires tout ça tout ça 😉

4 comments for “Qu’est-ce que Google Reader ?

  1. 8 mai 2011 à 8 h 37 min

    Ce qui te manque pour partager simplement un lien « tout nu », c’est Twitter ; )

    • 8 mai 2011 à 9 h 29 min

      Bof, c’est la même came que FB avec un autre effet pervers : pour publier les liens, il faut raccourcir les URLs qui perdent en lisibilité (Cf blog de Ploum). Je ne parle même pas des services de raccourcissements comme bit.ly qui rajoutent une couche de dépendance en plus, ils sont facultatifs. Ces raccourcissements n’ont plus de sens depuis que Google peut assimiler les longs URL dynamiques, ils ne persistent dans le paysage qu’à cause des Twitter-like et leur champ d’écriture réduit :/

      Je suis persuadé qu’il en faut techniquement très peu pour que le « chacun son blog/site » surclasse en possibilité tous les twitters et facebooks du monde. L’étape qui suivra sera l’auto-hébergement 🙂

    • 8 mai 2011 à 10 h 01 min

      En fait, il y a 2 solutions accessibles dès maintenant.

      La première c’est de se déculpabiliser à l’idée de ne publier qu’un seul lien dans un billet, l’immense majorité des gens le font sur leur compte twitter ou Facebook. Finalement, un blog ou un mur FB, c’est du pareil au même, le verbiage rencontré sur la plupart des blogs indépendants n’est qu’un héritage des pionniers des années 1990-2000 qui se servaient réellement de leur blog comme d’un carnet « intime ». Si on veut déterrer les gens de FB et compagnie, il faut se débarrasser de ce qui me semble parfois une manifestation de snobisme (« je sais écrire donc j’en fais 3 tonnes et je m’étale », la version dactylographiée de « s’écouter parler » dans laquelle je pêche continuellement…) et se permettre d’être simple et concis au lieu de se faire chier à trouver une entourloupe technique pour le faire comme si de rien n’était.

      La deuxième solution si on considère que la précédente est un nivellement par le bas, c’est certes de publier un élément que l’on n’a pas produit soi-même mais de faire un réel travail d’édition : sélectionner scrupuleusement les éléments d’intérêt, les classer éventuellement, les lister et les publier en les introduisant convenablement. Ca demande un peu plus de boulot mais c’est plus appréciable pour les lecteurs parfois perdus ou noyés sous les recommandations « I like » sur Facebook ou devant des listes comme celles de mes flattrages mensuels

    • 8 mai 2011 à 14 h 42 min

      Tu vas pas regretter d’avoir fait un commentaire ^^

      Et de 3 : pour publier rapidement un lien sur wordpress, y a tout simplement le bookmarklet qu’on met dans l’onglet marque-page de notre navigateur et qu’on trouve dans le panneau d’administration>réglages>écriture>publier un article

      Une fois qu’on trouve un truc intéressant, on va dans l’onglet marque-page et on clique sur « publier un article » et une fenêtre s’ouvre pour écrire un billet avec le lien qui nous intéresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Private