Chassegnouf a cassé sa pipe !

‘taing ! Je me disais bien que le gout du tabac que je fumais (le BC Butterfly) n’était plus celui des premiers jours… J’ai pensé que c’était parce que le tabac s’était éventé, que je m’étais habitué au gout mais j’ai eu la surprise ce soir de découvrir la dégaine de ma pipe en pleine « séance » :

Elle est cramée sur le côté :'( ! Visiblement, même si j’ai l’impression de fumer tranquillement (à peu près 45min-1h pour un « bol » comme on dit), je tire trop fort au point de faire surchauffer la pipe qui du coup consume les parois du fourneau en maïs (en passant, n’est-ce pas qu’elle est moche, je ne vous avais pas menti ^^).

Du coup, quelle sera ma prochaine pipe et, surtout, comment bien fumer une pipe ? Est-ce que j’ai loupé un truc ? Le culottage ? Deux questions que cette petite anecdote m’impose…

Mise à jour : finalement, après enquête, il semble bien que je cumule plusieurs défauts : je tire trop fort sur la pipe, je ne l’ai pas bien culottée et les pipes maïs ne semblent pas bien se culotter et sont donc fragiles sur ce point. Même si j’aimais finalement son contact, sa rugosité, sa tiédeur quand je la faisais cramer, ce n’était pas une pipe pour moi.

J’ai donc cédé pour une pipe en terre, comme il se faisait couramment aux XVIème – XVIIIème siècles. Enfin presque puisque le tuyau ne sera pas en terre (comprenez « argile » quand je dis terre, tenez voici une vidéo) mais en matériau plus comtemporain. Achetée chez Gérard Prungnaud suite à une discussion suivie sur le groupe Fumeurs de pipe. Pourquoi une pipe en terre plutôt qu’en bruyère comme ça se fait ? Parce qu’elles résistent mieux aux fumeurs qui tirent comme des bourrins, parce qu’elles sont moins chères que les pipes en bruyère les plus cheap et que la forme des pipes en bruyère les plus cheap ne me font pas envie (sauf les Churchwarden (claaasse, geeks à souhait) mais mon instinct naissant de fumeur me dit que ce ne sont pas les plus pratiques (et que ces churchwarden là ne doivent pas être de super qualité…). On va dire que ce sera peut-être mon deuxième choix). L’autre attribut des pipes en terre c’est qu’elles sont neutres au niveau du gout et qu’elles me permettront de mieux découvrir les différents tabacs que je testerai dans le futur.

A suivre…

5 comments for “Chassegnouf a cassé sa pipe !

  1. Odoacre
    9 mai 2012 à 18 h 39 min

    Salutations!

    Quel dommage quand même de voir une pipe brûlée, fut-elle en maïs…

    Il est vrai que le tuyau courbe n’est pas très élégant, un tuyau droit aurait été plus approprié.

    Sinon, d’après mes maigres connaissances de bouffardeurs, il me semble que la pipe en maïs n’a pas besoin d’être culottée car c’est une pipe « jetable » (en quelque sorte). J’ai une pipe en maïs et je n’ai pas eu besoin de la culotter contrairement à mes bruyères.

    Quoi qu’il en soit, tu as tiré comme un bourrin pour la brûler ainsi. L’allumage était peut-être mal fait aussi, les braises étaient peut-être trop concentrées contre la paroi.

    • 9 mai 2012 à 18 h 56 min

      Bonjour,

      C’est aussi l’avis des colistiers du groupe Fumeurs de pipe quand je leur ai exposé mon problème (l’absence de culottage, le fait que je tire comme un bourrin). Le « crâmage » du bord à cause d’un allumage un peu trop enthousiaste, je l’assume. C’était presque de l’expérimentation.

      Maintenant, je tourne avec une pipe en terre que j’ai du mal à ne pas faire glouglouter (mais j’y arrive parfois). Comme c’est une pipe solide, j’ai tendance à garder mes mauvaises habitudes (quoique la menace du glougloutage m’encourage à tirer doucement). Mais ce n’est pas grave tant que l’expérience reste agréable. Je pense qu’il faudrait que j’améliore ma technique dans l’optique de fumer un jour dans de la bruyère mais ce n’est pas un de mes objectifs à court ni à moyen terme (je suis bien plus attiré à l’idée de tester de nouveaux tabacs que de changer de pipe).

  2. 18 septembre 2013 à 20 h 21 min

    Bonjour,

    Quelle dommage pour cette pipe en maïs pleine de charme! Je rejoins le point de vue de Odoacre. Les pipes en maïs sont plus « jetables ».

    L’argumentation entre pipe en bruyère et pipe en terre se comprend très bien.

    Bonne continuation.

  3. olivier
    6 août 2016 à 7 h 27 min

    Salut les gars,je suis ennuyer,j’ai une amie qui m’a offert une trés belle Ropp,tombé,en bois,ce qui à provoquer un trou dans le fourneau,j’ai reussi à retrouver le morceau manquant,avez vous un tuyau pour reparer,sa m’ennuit.
    Ou ouis-je retrouver la même?

    • 6 août 2016 à 9 h 06 min

      Bonjour Olivier,

      Je suis incapable de vous donner une quelconque information. J’ai bien essayé (et réussi) à restaurer une vieille pipe toute encrassée mais ce que vous me décrivez semble être d’un tout autre niveau.

      En revanche, je pense que les gens qui fréquentent la communauté des « Fumeurs de pipe » seront à même de vous indiquer la marche à suivre : http://www.fumeursdepipe.net/forum.htm Un groupe assez ancien et toujours vivant, ce qui est rare sur internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.