Poulet teriyaki improvisé

Bonjoul, bonjoul ! Aujould’hui, c’est waponais !

Juste pour signaler que je me suis gavé de poulet teriyaki. Plat préparé de mes mains caleuses (de col blanc) et à la sueur de mon front, oui monsieur !

C’est moi qui l’ai faiiit ^^ !

(les nouilles ont l’air répugnantes, on dirait un tas d’ascaris (je vous laisse chercher…)).

Ce plat et ce billet sont, bien sûr, l’occasion de pointer vers le blog Gato de Bento où j’ai pu trouver la recette du poulet teriyaki. J’ai suivi à la lettre (sauf l’accompagnement qui sont des nouilles d’un kit style « suziwan » de supermarché) donc je vous invite à aller chercher sa recette in situ, je ne lui piquerai pas.

J’en profite aussi pour dire que les ingrédients (sake, mirin notamment) ont été trouvés à la boutique Kawaii Store à Pessac (près du terminus du tram B « Pessac Centre », ne pas prendre en fin d’après-midi en période universitaire… conseillé par le peuple du topic des bordelais sur Nolife). Je pense qu’on peut aussi en trouver au supermarché connu de tous les bordelais, Eurasie à Bordeaux-Lac mais il faut une voiture pour y aller. Faudra que j’aille voir à la Maison du Japon, rue de Cheverus à Bordeaux : je sais qu’on peut trouver ces produits sur leur boutique en ligne mais je ne suis pas certain qu’on puisse les trouver dans leur boutique IRL.

Petite interrogation : les 100ml de sauce faite maison m’ont couté aussi (peu) cher que 100ml de la sauce Teriyaki (1.8-1.9€/100ml sans compter les tickets de tram ^^’) qu’on trouve déjà toute prête dans n’importe quel supermarché, est-ce que ce que j’ai fait était vraiment meilleur ? Chais pas. Ceci dit, je ne regrette pas, j’ai découvert une nouvelle boutique et un nouveau plat que je referais.

J’inaugure par la même occasion un nouveau tag que j’espère prolifique ^^

MAJ : l’essai a été transformé ! J’ai remis ça le lendemain et pour accompagner ce poulet, j’ai fais du riz japonais préparé de façon traditionnelle (décrite sur le blog de Côté cour… vanille et 7ème art)

6 comments for “Poulet teriyaki improvisé

  1. Lefevre
    19 septembre 2011 à 10 h 02 min

    Trés bon plat …. avec du riz parfaitement cuisiné
    Je vous conseil cette recette …

  2. 19 septembre 2011 à 21 h 07 min

    Tiens, c’est marrant, j’ai pas reçu de… Ah bah si, je viens de voir que j’ai reçu le trackback mais que je l’avais pas vu ! J’ai juste vu le site référent chassegnouf.net dans mes résultats G.Analytics… Je suis tordu…

    Bref, je vois que la recette a bien marché chez toi 😉 je suis heureux de voir que j’ai des lecteurs, et qu’en plus lesdits lecteurs mettent en application certaines de mes recettes. En prime, je découvre ton blog, qui me plaît bien. La totale. En tout cas, merci pour le pointage 😉

    Et pour réponse (selon mon avis, uniquement, hein), la sauce Teriyaki maison est incomparable à la sauce commerciale, pour la simple et bonne raison que la sauce commerciale refuse de caraméliser x_x

    • 20 septembre 2011 à 17 h 53 min

      Welcome ! Je vais essayer de faire un peu plus de billets culinaires (quand ce sont des expériences réussies…)

      Sinon à propos de la sauce maison, l’autre avantage, c’est qu’on peut utiliser les ingrédients séparément pour d’autres sauces (j’en ai repéré une avec du vinaigre de riz mais pas de mirin).

      A propos, c’est un peu sec tout ça, je pense qu’il y a moyen de le gérer sans pour autant changer de marque de poulet.

      • 2 octobre 2011 à 0 h 12 min

        :p C’est clair que pour un billet culinaire, vaut mieux une expérience réussie (remarque… les échecs peuvent être marrants aussi parfois).

        J’ai pas mal d’utilisations pour les autres composants de la sauce (ne serait-ce que le mirin dans la composition de mon assaisonnement pour riz à sushi), j’avoue qu’il faudrait que j’en dresse une liste, mais je sais que mes bouteilles sont loin de reposer au fond du frigo… En fait le plus « dur » à placer c’est le cooking sake, je trouve. Et encore, avec l’omelette japonaise, ça fait une utilisation de plus 🙂

        Franchement, avec les poulets type L*dl ou N**ma (pour ne pas les citer, sachant que je n’ai rien contre la plupart de leur produits que j’utilise couramment), j’arrive à rien. Enfin, si, j’ai un résultat, mais moins bon qu’avec un poulet… Bah un poulet qui sort pas d’un élevage en batterie où il bouffe que de la farine, qui reste juteux à l’intérieur et qui rend pas son eau dans la poêle.

        • 2 octobre 2011 à 9 h 11 min

          J’ai réussi à résoudre partiellement le problème, disons dans le cadre d’une autre recette (une adaptation speedcore de poulet tikka massala) : ne pas faire des morceaux trop petits et cuire non pas dans une poêle mais dans une casserole.

  3. 26 septembre 2011 à 23 h 56 min

    Je crois qu’un des tenanciers du Kawaii Store a une touche, je viens de recevoir une visite sur ce billet suite à une requête google « kawaii store pessac gay », c’est meugnon ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.